Ces 5 livres qui m’ont marquée

Ce n’est que mon humble avis, mais je suis convaincue que l’on ne peut rien écrire de bon si l’on n’est pas un mordu de lecture. Il faut s’imprégner des mondes imaginés par d’autres, de leur plume, de leur façon de tisser des destins et d’amener les actions. Parce qu’ouvrir un livre, c’est plonger dans une autre dimension, s’immerger dans un autre système dont l’auteur est le maître, et n’est pas Dieu qui veut. Il est difficile de projeter ce qu’il y a dans sa tête sur des feuilles de papier, de rendre tout cela suffisamment vivant à travers les mots pour que les lecteurs puissent visualiser le fruit de notre imagination. Alors il faut lire, lire, et lire encore pour comprendre tous les petits mécanismes qui font que ça marche. Et aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler de 5 livres qui ont marqué mon parcours de lectrice, qui m’ont fait rire, pleurer et trembler, et qui m’ont filé le virus de l’écriture.

Bah ouais, parce qu’un livre, c’est un peu ça :

giphy.gif

  • Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelairedesastreuses-aventures-orphelins-baudelaire

Comme beaucoup de monde, j’ai grandi dans l’univers Harry Potter et j’ai longtemps espéré recevoir ma lettre d’inscription à Poudlard, toutefois ce sont les livres de Lemony Snicket qui ont vraiment fait battre mon cœur de jeune lectrice. Je devais avoir 9 ou 10 ans quand je me suis lancée dans la série et j’ai dévoré les 13 tomes (oui, Snicket est prolixe) en peu de temps. Alors, vous connaissez très probablement cette saga grâce au film avec Jim Carrey, Meryl Streep et Emily Browning (mon actrice préférée), qui est un navet d’ailleurs, ou par la série Netflix diffusée cette année, qui retranscrit très bien l’univers de Snicket malgré certaines prises de libertés, mais c’est avant tout une saga palpitante.

Le pitch : 3 enfants hors du commun, Violette l’inventrice, Klaus le lecteur hors-pair et Prunille le bébé aux dents acérées, se trouvent orphelins après que leurs parents ont péri dans un incendie. Dès lors, le naïf banquier Mr Poe les place chez le Comte Olaf, un tuteur odieux qui en a après leur immense fortune. Les enfants vont subir ses lubies et ses manigances jusqu’à ce qu’ils parviennent enfin à prouver à Mr Poe que leur tuteur est un criminel. Le banquier les place alors chez un autre tuteur, mais Olaf et ses sbires (des membres de sa compagnie de théâtre) les poursuivent continuellement pour mettre la main sur leur fortune. Chaque tome est consacré au séjour des enfants chez un nouveau tuteur, mettant en scène de nouvelles manigances d’Olaf et de nouvelles trouvailles pour le fuir, le tout sur fond d’organisation secrète.

Pourquoi c’est génial : L’intrigue est originale et pleine de rebondissements, même si en fin de saga on a parfois l’impression de tourner un peu en rond (un nouveau tuteur, de nouveaux complots d’Olaf, un nouveau moyen de s’en tirer). Il y a toute une intrigue autour de la mort des parents Baudelaire, d’une longue-vue trouvée dans l’incendie et d’une organisation secrète à laquelle la famille semble affiliée. Lemony Snicket a une jolie plume, l’auteur est un personnage à part entière qui guide toute la lecture (d’ailleurs, Lemony Snicket est un pseudonyme qui donne plus de relief au narrateur, l’auteur s’appelle en fait Daniel Handler). Ce que j’adore dans ces livres, c’est qu’ils montrent comment les adultes ne prêtent pas assez attention à ce que les enfants ont à dire, et ils soulignent l’asymétrie des relations adultes-enfants, où les enfants sont rarement considérés comme des égaux. Ici, ce sont les enfants qui résolvent les situations de crise, face à des adultes souvent exubérants et désemparés. Violette est l’une de mes héroïnes littéraires préférées, si bien que plus jeune j’aimais m’attacher les cheveux comme elle, persuadée que ça me permettrait aussi d’inventer plein de gadgets incroyables (spoiler : ça n’a pas marché).

Les livres se lisent très vite et ne sont pas très épais, donc si vous aimez les romans jeunesse : foncez. Si vous n’en avez pas le courage (et c’est dommage), fuyez le film et optez pour la série Netflix.

  • Au cœur de ma nuit

images

Quand j’étais une ado pas très rebelle mais pleine d’espoirs romantiques, j’aimais bien les livres un peu fleur bleue, du style Journal d’une princesse de Meg Cabot et compagnie. Ce ne sont pas les lectures les plus profondes que j’ai eues, mais elles font partie de mon cheminement de lectrice, et ce goût pour le roman jeunesse un peu girly m’a permis de tomber sur Au coeur de ma nuit, de Sarra Manning. Aussi loin que je m’en souvienne, c’est le premier roman à m’avoir fait pleurer, et même verser des torrents de larmes, ce pourquoi j’ai décidé de vous en parler dans cette petite liste.

Le Pitch : « Isabel, 16 ans, terrifie ses amies, terrasse sans remords ses ennemis, vole son père, ment, boit et fume. Après avoir été le souffre-douleur de ses camarades au collège, elle est désormais le tyran du lycée, chef d’une bande aussi détestée que respectée. Mais derrière cette carapace se cache en réalité une jeune fille fragile, qui porte un lourd chagrin : sa mère est morte et elle se sent horriblement coupable de son décès. Pour affronter sa souffrance, Isabel a décidé de ne jamais révéler son secret. Une rencontre inattendue va pourtant changer le cours de sa vie… »

Pourquoi ça m’a bouleversée : Isabel est une adolescente qui cultive une image de rebelle, qui essaie de tenir les autres à distance derrière une carapace tenace, mais quand on gratte un peu on se rend compte que c’est une jeune fille abimée par la vie, assaillie de sentiments violents et qui peine à gérer tout ce qui lui tombe sur la tête. J’ai découvert ce livre à 15 ans, et je me suis beaucoup identifiée à ce personnage très en relief, très juste.

C’est une histoire qui parle d’amour, de deuil et des difficultés de grandir. Sarra Manning dissèque l’adolescence avec justesse. On suit une famille brisée par le deuil, par des non-dits, et ça invite à la réflexion. La fin est surprenante, et le tout enrobé dans un cocktail de douceur et de violence, qui nous fait traverser une large palette d’émotions.

J’ai relu ce livres plusieurs fois: il a été mon remède aux chagrins d’amour, mon invitation à réfléchir sur le passage à l’âge adulte, sur les raisons qui nous poussent à nous retrancher derrière des carapaces qui nous abiment plus qu’elles nous protègent. Étrangement, quand j’ai voulu le relire il y a un an, je n’ai plus éprouvé le même plaisir, il m’a semblé que l’écriture était plus maladroite que dans mes souvenirs. Sans doute que j’avais grandi et que je ne trouvais plus dans ces pages ce que j’étais venue y chercher, toutefois je garde le souvenir de ces fois où j’ai été chamboulée en le lisant, et c’est ce qui en fait un livre qui compte.

  • La Mécanique du Cœur

mecanique.jpg

Si vous ne connaissez pas Mathias Malzieu, il est grand temps de vous y mettre ! Histoires oniriques, flirtant avec le fantastique, plume poétique et personnages d’inspiration Burtonienne : bref, tous les ingrédients sont réunis pour des ouvrages magiques. La Mécanique du Coeur est le premier roman de Malzieu que j’ai lu, j’étais en troisième et je n’ai fait qu’une bouchée de ce livre sublime.

Le Pitch : Jack est né le jour le plus froid du monde et son coeur a gelé. Docteur Madeleine, la bricoleuse-sage-femme-sorcière qui procède à l’accouchement, le sauve en équipant le cœur d’une horloge à coucou qui fait office de pacemaker. Malheureusement pour Jack, le mécanisme est fragile et il lui est interdit de tomber amoureux pour ne pas le faire dérailler. Cette condition est mise à mal lorsque Jack croise le chemin de Miss Acacia, une chanteuse qui lui fait tourner la tête. Il décide alors de la conquérir et traversera bien des frontières pour lui déclarer sa flamme, accompagné d’un ami magicien.

Pourquoi c’est merveilleux : Rien que pour la plume de Malzieu, ce livre vaut le détour. Quand je lis un livre, j’aime avoir l’impression qu’on me le conte à l’oreille, qu’on m’ouvre une fenêtre dans la tête qui donne sur tous les possibles. J’aime la mélodie des mots, la poésie des histoires qui flirtent avec le fantastique, les images oniriques. Les livres de Malzieu offrent tout cela. La Mécanique du coeur n’est pas qu’une histoire d’amour, c’est une ode à la différence, une question implicite : est-ce que la vie vaut le coup d’être vécue si on n’a pas le droit à l’amour ? Bref, tout ce que j’aime, et tout ce que j’essaie de véhiculer dans mes propres textes.

Je sais qu’un film d’animation tiré du livre existe, mais je n’ai pas eu l’occasion de le voir. A vrai dire, j’aime tellement ce livre que j’ai un peu peur d’être déçue. Mais si vous avez (ou avez eu) l’occasion de le visionner, n’hésitez pas à m’en faire part !

  • Le Petit Prince

maxresdefault-1

C’est un incontournable de la littérature française : Le Petit Prince est LE livre à lire au moins une fois dans sa vie. Je l’ai eu dans un coin de la tête tout au long de mon adolescence, sans jamais l’acheter parce que j’avais toujours autre chose à lire, que je me focalisais sur mes classiques, sans imaginer une seule seconde que ce livre était celui que j’attendais depuis toujours. C’est ma meilleure amie qui me l’a offert le soir des mes 20 ans, je l’ai lu d’une traite, j’ai pleuré, je l’ai relu 2 ou 3 fois depuis, j’ai encore pleuré et pleuré, et chaque lecture semblait me livrer de nouveaux détails, qui m’avaient échappé lors des précédentes lectures.

Le Pitch : Le narrateur, un aviateur, s’écrase dans le désert et y fait une rencontre surprenante : Le Petit Prince, un garçon aux cheveux d’or qui vient de la planète B612, où il vivait avec une rose, qu’il a quittée pour explorer les planètes alentour. Le garçon est allé de planète en planète, de rencontre en rencontre, jusqu’à croiser le chemin de l’aviateur. Il ne répond pas à ses questions, mais ne manque pas d’en poser des tas, jusqu’à ce qu’il comprenne que sa rose lui manque terriblement et qu’il est temps de la rejoindre.

Pourquoi ce livre est un monument de la littérature : Je relis mon résumé et je me dis qu’il ne fait vraiment pas honneur au Petit Prince. Cette histoire, c’est celle de la vie, tout simplement. Avec des mots très simples, l’auteur nous livre une description juste et incisive du monde, nous fait réfléchir sur ce qui est vraiment important, sur la beauté de l’ordinaire. Un des passages que je préfère est celui de la rencontre entre le Petit Prince et le renard, c’est incroyablement touchant et criant de vérité. Ce n’est que mon interprétation, mais je trouve que cela parle des gens qui vont et viennent dans notre vie, de l’empreinte qu’ils laissent dans notre cœur, de comment ils chamboulent parfois notre vision du monde, et c’est beau. C’est même merveilleux. Ce livre est touchant, il dénonce et dépeint des vérités parfois rudes avec une incroyable douceur, c’est une caresse qui marque l’esprit. Le tout écrit d’une plume poétique et saisissante.

Si vous n’avez encore jamais lu ce livre, franchissez le pas : ça ne prendra qu’une grosse heure de votre temps mais cela vous transformera, à n’en pas douter. Je regrette de n’avoir pas lu Le Petit Prince plus tôt, je pense que cela m’aurait beaucoup apporté, mais surtout je suis convaincue que c’est un de ces livres qu’il faut lire à plusieurs périodes de sa vie, car il fait appel à notre vécu et que l’on n’aura par conséquent jamais la même lecture de ce texte, peu importe combien de fois on se penche dessus.

  • Peter Pan

41-Peter-Pan_EL_14nov12_pr_bt.jpg

Il y a de fortes chances pour que vous ayez vu le dessin animé de Disney, peut-être même l’un des nombreux films tirés de ce livre, mais il est peu probable que vous connaissiez la véritable histoire de Peter Pan.

Le Pitch : Peter Pan est un petit garçon bien étrange. Il est vêtu de feuilles, ne connaît pas son âge, et ignore ce qu’est un baiser. Wendy est intriguée par ce petit bonhomme qui lui rend visite la nuit, accompagné d’une lumière tintinnabulante nommée Clochette. D’où vient-il donc ?

« Je me suis enfui le jour de ma naissance », répond Peter Pan. « Je ne veux pas devenir un adulte, alors depuis, je vis au pays des fées. Sais-tu d’où viennent les fées ? Lorsque le premier de tous les bébés se mit à rire pour la première fois, son rire se brisa en milliers de morceaux, et chaque morceau devint une fée. »

Wendy et ses deux frères, John et Michael, n’hésiteront pas bien longtemps à suivre Peter Pan et Clochette sur l’Île merveilleuse, au pays de l’Imaginaire…

Pourquoi c’est mieux que la version Disney : Tout d’abord, Peter est loin d’être le garçon gentiment taquin que nous présente Disney. C’est bien connu, le géant du dessin-animé adapte les contes les plus cruels pour en faire de jolies versions qui accompagneront les doux rêves des chérubins, mais Peter Pan, c’est bien plus qu’une île imaginaire, des gosses et des pirates. C’est une histoire qui souligne la cruauté propre à l’enfance, mais aussi l’incroyable naïveté dont font preuve les enfants. L’œuvre de J.M Barrie, qui était une pièce de théâtre à l’origine, explore les recoins les plus sombres de l’esprit infantile, le besoin de se replier dans l’imaginaire et le jeu, le rejet des règles du monde adulte. L’auteur a un style comique mais aussi très incisif, il s’amuse parfois avec la patience du lecteur, se permet toutes les folies. Ce n’est pas un livre pour enfant, c’est un livre qui fait appel à l’âme d’enfant qui se tapit en chaque grande-personne. Vous l’aurez compris à travers mes articles, et cette liste le prouve, c’est un ingrédient qui me plaît énormément dans les livres que je lis.

Plus fin et plus comique que Sa Majesté des Mouches, de Golding, Peter Pan est une plongée dans le monde des enfants, dans la hiérarchie qui s’établit entre eux, un regard sur leur façon d’inventer des règles dans un univers qui n’appartient qu’à eux et toute la cruauté dont ils sont capables lorsqu’ils veillent à leur application.

Voilà, c’était un article très, très long, mais j’espère qu’il vous aura permis de faire de jolies découvertes !

Abonnez-vous et Partagez !

28 Comments

  1. Coyote Life

    mars 26, 2017 at 6:17

    La mécanique du coeur <3
    Les orphelins Baudelaire <3
    Quel bonheur ces livres là

    1. Pauline Perrier

      mars 26, 2017 at 7:22

      Oui, ils sont magiques ! Si ce n’est pas déjà fait, n’hésite pas à tenter les autres livres de la liste à l’occasion. Ils valent le détour.

  2. Noémie

    mars 26, 2017 at 8:59

    J’aime beaucoup la série netflix Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire du coup je pense que je vais peut-être prendre le temps cet été de lire les tomes même si ils sont un peu bcp très nombreux :p et que ça me fait un peur je te l’avoue haha ! Sinon le livre la mécanique du coeur à l’air vraiment chouette.

    Noémie xx

    1. Pauline Perrier

      mars 26, 2017 at 9:02

      La série est géniale est elle met bien en scène l’univers des livres, après j’ai lu la saga il y a environ dix ans, ça reste des livres jeunesse, mais je pense que ça vaut le détour ! Puis les livres se lisent vite donc autant essayer avec le premier, et enchaîner si vous accrochez 😉
      Pour la mécanique du coeur, en effet : foncez !

  3. lesptitesmainsdabord

    mars 26, 2017 at 9:53

    étonnamment je n’ai jamais accroché avec le petit prince, et c’est pas faute d’avoir essayé plusieurs fois.
    par contre je te rejoins totalement pour la mécanique du coeur, qui est vraiment magnifiquement bien écrit, et la saga Baudelaire

    1. Pauline Perrier

      mars 26, 2017 at 9:56

      C’est vrai ? Tu es la première personne à me dire qu’elle a eu du mal avec ce livre, c’est intéressant d’avoir ce point de vue ! C’est sûr que c’est un univers dont les codes peuvent perturber, mais il a ce quelque chose qui le rend unique !

  4. Sophie DEGREMONT

    mars 27, 2017 at 6:54

    coucou 🙂
    J’adore les Orphelins Baudelaire (et la série Netflix, on est d’accord elle est top !) mais je t’avoue que les Harry Potter ont été pour moi l’une des raisons pour laquelle j’aime la lecture <3 je suis tellement FAN de l'univers créé par J.K. Rowling ^^ Les livres de Marc Levy aussi sont dans ma liste et j'aime beaucoup Peter Pan aussi 😀 je me laisserais tenter par La mécanique du coeur, ce livre me dit quelque chose, mais je n'ai pas souvenir de l'avoir lu ^^

    1. Pauline Perrier

      mars 27, 2017 at 8:09

      En effet, les HP ont donné le goût de la lecture à un grand nombre de lecteurs, ils sont incontournables ! Pour les Levy, je suis moins fan. J’en ai lu quelques uns et le seul qui se démarque vraiment, c’est « Les enfants de la liberté ». Il a un style très simple et pourtant je ne le trouve pas naturel, ça me gêne…
      Pour la Mécanique du Coeur, tu as peut-être entendu parler du film, mais si tu as l’occasion de le lire, fonce ! Il se lit très vite et il vaut le détour 😉

      1. Sophie DEGREMONT

        mars 27, 2017 at 9:31

        aaah c’est peut-être ça effectivement ! j’essayerais de le trouver 😉

  5. Juliette

    mars 27, 2017 at 1:00

    Honte à moi, je n’en ai lu aucun! Mais j’ai adoré l’adaptation en film de La Mécanique du coeur!
    Et bravo pour la publication de ton livre!

    1. Pauline Perrier

      mars 27, 2017 at 1:09

      Merci !
      J’espère que ce petit article t’aura donné envie d’en découvrir certains, alors. 🙂

  6. hopebookine

    mars 27, 2017 at 3:08

    J’ai commencé Harry Potter très tard, mais Les Orphelins Beaudelaire très tôt ! J’avais commencé par en emprunter un à la bibliothèque et je l’avais dévoré alors les fois d’après je suis retournée prendre la suite jusqu’au dernier tome. Je suis une grande fan ! Je pense que mon tome préféré est celui avec Tante Agrippine (même si l’histoire de son mari mort avec les sangsues parce qu’il était allé se baigner après avoir mangé une simple banane m’a longtemps traumatisé :’) )
    Je ne connais pas les deux suivants, mais je n’avais pas accroché au Petit Prince à l’époque (je pense que c’était parce que c’était demandé par l’école, ça m’a bloquée) et j’aime beaucoup Peter Pan !

    1. Pauline Perrier

      mars 27, 2017 at 3:20

      Je serai incapable d’en choisir un parmi les 13 ! Le laboratoire aux serpents, cauchemar à la scierie, piège au collège, ascenseur pour la peur et la fête féroce sont ceux qui m’ont le plus marquée, mais ça en fait déjà beaucoup ah! ah!
      Pour Peter Pan, tu es la deuxième à me faire part d’un tel avis, je suis surprise (et c’est sûrement car ce livre compte tellement pour moi…), mais tous les goûts sont dans la nature.
      Pour Peter Pan, j’ai vu que Neverland passait à la télé ce soir, je n’ai jamais vu une seule des adaptations télévisuelles alors je vais me lancer !

      1. hopebookine

        mars 27, 2017 at 3:27

        Pour ce qui est de Peter Pan je n’ai jamais vu d’adaptation non plus, à part pour la version de Once Upon a Time que j’ai vraiment trouvé géniale, elle prend beaucoup de liberté puisque Peter Pan est en réalité le « grand méchant » de le saison, si ça t’intéresse c’est toute la première parti de la Saison 3 de Once Upon a Time, bien sûr si tu ne regardes pas la série il y a d’autres personnages mais l’histoire de Peter Pan est l’une des meilleures adaptations qu’ils ont fait dans la série 🙂

        1. Pauline Perrier

          mars 27, 2017 at 3:43

          Je ne suis pas la série, mais ça ne m’étonne pas que Peter soit un méchant 😉

          1. hopebookine

            mars 27, 2017 at 5:27

            C’est quasiment le plus grand méchant de la série (javais commencé à la regarder pour l’histoire de Peter Pan) et son histoire est super bien faite je trouve !

  7. pomme rock

    mars 27, 2017 at 5:52

    Je n’en est lu aucun, jai le petit prince dans ma bibliothèque mais je ne lai jamais lu. tu ma donné envie de le lire ! Peut etre que je vais me laissé tenté !

    1. Pauline Perrier

      mars 27, 2017 at 7:35

      N’hésite pas, il se lit très, très vite et il mérite qu’on s’y intéresse. Dis-moi ce que tu en as pensé, si tu franchis le pas 😉

  8. mapiquredebonheur

    mars 29, 2017 at 7:59

    Honte à moi, pourtant grande fan de Peter Pan version Disney, je n’ai jamais lu ce livre. Mais ton article m’a en tous cas donné très envie de le faire, et je pense qu’il fera parti de mes prochains achats !
    Pour ma part, les premiers qui me viennent à l’esprit sont Meurtres pour rédemption et Satan était un ange (les deux de Karine Giebel). Ils sont grandioses, comme un peu tous ses romans !

    1. Pauline Perrier

      mars 29, 2017 at 8:15

      Il ne coûte que 2€ en édition Librio, donc si tu es fan de Peter Pan, ce serait dommage de te priver de la vraie version, bien plus croustillante !
      À mon tour de rougir : je n’ai jamais rien lu de Karine Giebel, mais je prends note de ton avis.

      1. mapiquredebonheur

        mars 29, 2017 at 8:35

        Génial, je vais sans doute l’acheter alors. Et pour Karine Giebel, il faut aimer, elle écrit des thrillers donc ils sont souvent assez durs !

  9. fleursetlitterature

    mars 31, 2017 at 8:11

    Tu es la première personne que je « connais » qui a lu Au Cœur de Ma Nuit, oh la la j’ai grandit avec ce roman, il a bercé toute mon adolescence et je l’adorais. Malheureusement je l’ai oublié dans le bus une fois et perdu… 🙁
    Merci pour ce top 5 !

    1. Pauline Perrier

      mars 31, 2017 at 8:25

      Je dois t’avouer que, moi non plus, je n’ai jamais rencontré personne à l’avoir lu. Au mieux les gens connaissent « Guitar Girl » de la même auteure, mais je ne le trouve pas aussi intéressant. Dommage que tu l’aies perdu, mais je suis sûre que tu peux le retrouver pour pas cher d’occasion s’il manque à ta bibliothèque 😉

      1. fleursetlitterature

        mars 31, 2017 at 8:50

        Oh, je ne connaissais pas « Guitar Girl » ! Oui, je comptais le racheter 🙂

  10. SARAH

    avril 3, 2017 at 6:09

    Bon je ne les connais pas tous je dois avouer mais le Petit Prince c’est clairement ma Madeleine de Proust. J’ai eu une version toute belle et reliée, un Noel à mes 10 ans, et sur le coup j’étais tellement déçue (comme peut l’être une petite fille qui ne pense qu’à la super barbie machin chose :))
    Et puis en grandissant je l’ai lu, relu et rerelu, et aujourd’hui mes passages préférés sont encadrés au dessus de mon lit, et chaque fois que je lève les yeux le matin je sais que la journée sera plus douce 🙂
    Merci pour ton article en tout cas!

    1. Pauline Perrier

      avril 3, 2017 at 6:11

      En effet, ce livre est tout simplement magique !

  11. Vigne-Haut

    mai 19, 2017 at 9:59

    Le petit prince, très bon choix ❤

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :