A la découverte de Chiang Mai : marché nocturne, cascades et massage thaï

Le stage n’a pas encore commencé, mais je n’ai pas chômé pour autant ! J’ai amplement profité de ces premiers jours à Chiang Mai pour découvrir la ville et ses trésors. Comme je vous l’expliquais dans mon premier article, ici il est quasiment impossible de se déplacer en tant que piéton, donc j’ai été très limitée dans mes déplacements au cours des trois premiers jours : les autres stagiaires étant au travail et ne connaissant pas du tout les routes, je n’avais pas la possibilité de partir en vadrouille toute seule. Ce n’est pas bien grave puisque j’avais de longues heures de sommeil à rattraper ! Et dès que sonnait l’heure de la pause déjeuner ou que la journée était terminée, mon amie Alice passait me chercher à la résidence pour que l’on aille faire un tour. Mais c’est clairement à partir du vendredi soir que j’ai fait mes plus belles découvertes !

scooter chiang mai
Parking souterrain entièrement réservé aux scooters

Je maîtrise désormais le scooter comme Beyoncé (c’est faux), même si les règles de la circulation me paraissent toujours obscures. Comme en France nous avons la règle de la priorité à droite, je pensais qu’ici il y avait une priorité à gauche, mais quenneni ! La priorité va tout bonnement… Au premier qui force le passage. Clairement, ici c’est la loi du shotgun qui domine. Heureusement, je viens d’une école où tout s’obtient au shotgun également, donc une fois que l’on a compris le système, il suffit de conduire à la Marla Singer (la demoiselle dans Fight Club) : on ferme les yeux et on y va. YOLO. J’ai aussi esquivé mon premier barrage de policiers, qui ne lésinent pas sur les amendes aux Farangs (occidentaux) même si tous nos papiers sont en règle, et qu’il faut donc fuir dès que l’on peut. Bien, maintenant que je vous ai fait un petit point sur ma progression en scooter, passons aux choses sérieuses.

Le Saturday Night Market

Chaque samedi, dans le vieux Chiang Mai, se tient un grand marché nocturne. On y trouve de tout, pour une bouchée de pain. Par exemple, avec mes acolytes Alice et Victoire nous avons acheté les traditionnels sarouels à motif éléphant (très pratiques pour les visites de temples où il faut avoir les jambes couvertes, ou pour aller au bureau en pyjama) pour seulement 100 bahts (environ 2€50) contre 300 bahts au Maya, le grand centre commercial de Chiang Mai. Il y a également des stands de street-food tous les mètres, presque autant que de vêtements et de gadgets en tous genres, à des prix tout aussi dérisoires. Grosse surprise : on y trouve des takoyaki, mon aliment japonais préféré ! Mais on y trouve aussi des crêpes, des smoothies, des brochettes d’alligator, des insectes, des massages de pied, des chanteurs de rue, des peintres, etc.

 

takoyaki marché Chiang Mai
Les fameux takoyaki

Brunch au Rustic & Blue et visite de cascades

Le dimanche, nous avons décidé de prendre un brunch entre stagiaires de deux entreprises voisines. Nous nous sommes rendus au Rustic & Blue, qui est LA référence pour bruncher à Chiang Mai. Pour un prix légèrement supérieur à ce que l’on a l’habitude de manger, mais tout de même très raisonnable, on peut goûter des plats très copieux et vraiment délicieux. Même le simple œuf brouillé que j’ai commandé avait l’air sexy, alors je vous laisse imaginer les autres plats. Leurs smoothies sont également à tomber.

rustic & blue Chiang Mai

Après cette pause culinaire, nous avons profité d’une éclaircie (eh oui, c’est la mousson en ce moment) pour nous rendre aux cascades Huay Kaew. Même si j’ai adoré le Saturday Night Market, ces cascades sont sans doute mon plus beau souvenir du weekend. Véritable morceau de jungle en pleine ville (même si, de base, Chiang Mai comporte énormément de végétation),  c’est un endroit super agréable où l’on peut se poser tranquillement avec ses amis (un groupe d’étudiants jouait de la guitare, d’autres paressaient tout simplement). Comme nous étions au pied de la montagne sur laquelle se trouve le temple Doi Suthep, nous avons grimpé un peu en scooter jusqu’à un point de vue qui offre un panorama imprenable sur Chiang Mai (CF l’image d’illustration de l’article). Nous n’avons pas pris le temps de monter jusqu’au temple, l’un des plus beaux de la ville, car il faut bien 2h30 pour en profiter pleinement et nous avions rendez-vous très spécial peu après.

cascades Chiang Maicascades Chiang Mai

Premier massage thaï

Et peut-être dernier… Si j’avais bien conscience qu’il fallait prévenir d’emblée que l’on voulait un massage soft, je ne m’attendais pas à une telle expérience. J’ai beau avoir demandé un massage à l’huile de coco, parmi les plus doux que l’on peut obtenir, les masseuses d’ici n’y vont pas de main morte et chaque centimètre carré de votre peau y passera. Si au début la masseuse s’est un peu acharnée sur mes omoplates, alors que je crains beaucoup cette zone et que je le lui ai précisé, l’expérience s’est révélée par la suite très agréable… Jusqu’au moment fatidique où elle a décidé de jouer aux ostéopathes en enfonçant ses doigts au niveau des viscères (juste après le dîner, je vous laisse imaginer ce doux instant de calme et de relaxation) et que j’ai eu l’impression qu’elle essayait de raboter mon corps vers l’intérieur (j’avoue avoir été partagée entre l’envie de crier de douleur ou de me vexer). Bon, après c’est un avis très subjectif qui ne concerne que moi et mon nombril, les trois personnes qui m’accompagnaient ont plus qu’apprécié le moment, dont deux qui ont l’habitude de prendre le massage thaï pur et dur, où on vous malmène bien comme il faut mais dont les bienfaits sont, apparemment, très appréciables par la suite. En ce qui me concerne, ce n’est pas une expérience que je renouvellerai dans un avenir proche : je vais me laisser le temps d’oublier un peu la séance pour y revenir plus tard avec la même insouciance de la débutante.

 

Abonnez-vous et Partagez !

3 Comments

  1. Françoise Heurion

    juillet 3, 2017 at 10:52

    Très amusant ton récit . En plus , tu nous fait rêver ! J ‘ aime bien ton style .
    Françoise Bonnefoi

    1. Pauline Perrier

      juillet 4, 2017 at 12:47

      Merci beaucoup 🙂

  2. Week-end de rêve et anecdotes insolites – Pauline Perrier

    juillet 17, 2017 at 4:48

    […] pas rare que nous fassions demi-tour in-extremis pour emprunter un autre chemin. Je vous expliquais ici que les policiers ne lésinent pas sur les amendes distribuées aux Farangs, tout simplement parce […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :