Que faire à Chiang Dao : Véritable bout de paradis thaï

Quand on s’expatrie dans un pays, le meilleur moyen de le découvrir, d’apprendre à le connaître et à l’aimer, c’est de l’explorer encore et encore.

Depuis mon arrivée en Thaïlande, il y a déjà 2 mois et demi, j’enchaîne les sorties et les visites dès que j’ai un moment de libre. Qu’il s’agisse de visiter un temple après le travail ou de partir en escapade à l’autre bout du pays pour le week-end, j’essaie de découvrir un nouveau lieu chaque semaine. Ainsi, ce week-end j’ai eu la chance de poser mon sac à dos dans un véritable bout de paradis, à environ 1h20 de moto au nord de Chiang Mai : Chiang Dao. Après avoir eu le souffle coupé en traversant les routes entourées par la jungle luxuriante et bordées par un fleuve rouge (imaginez le contraste…), mes copines et moi avons récupéré les clefs de nos chambres à l’Azalea Village. Cet hôtel paradisiaque au cœur d’un village très modeste a de quoi surprendre, mais c’était le cadre parfait pour une week-end entre filles (et encore plus pour une lune de miel, il faut se l’avouer). Chiang Dao est un lieu très calme bordé par le Pha Daeng National Park à l’Ouest et le Si Lanna National Park au Sud-Ouest. Autant vous dire que ça ne manque pas de verdure et de tronçons de jungle. Au milieu, ce sont les rizières qui s’étalent à perte de vue, colorant les paysages de 50 nuances de vert (vous avez saisi le jeu de mot ?).

Mais pourquoi diable s’aventurer dans cette campagne ? Que faire à Chiang Dao ?

Dans l’ensemble, un week-end suffit pour faire le tour de ce bout de paradis. En revanche, même si c’est un coin très calme et que l’on en fait vite le tour, il serait dommage de passer à côté ! Tout d’abord, je vous recommande vivement mon hôtel, l’Azalea Village, qui jouit d’une très belle vue, d’une piscine incroyable, et dont les chambres sont de véritables petits nids. Pour 16€50 la nuit, par personne, ce serait bête de se priver ! Ensuite, il y a des grottes que l’on peut visiter pour 40baths l’entrée. Prévoyez de quoi vous couvrir car plusieurs points de culte sont à l’intérieur de ces grottes, mais il est également possible de payer 20 bahts pour emprunter un châle sur place. Ensuite, un villageois vous accompagnera dans la grotte avec une lanterne et, s’il n’y a pas grand chose à apprendre sur les lieux, c’est très amusant à faire. D’autant plus que la grotte est assez grande. Il vous faudra ramper et vous contorsionner dans bien des cavités pour venir à bout de la visite (et comment vous dire que ce n’est vraiment pas pratique avec une châle noué autour de la taille parce qu’il faut se couvrir les genoux). Attention, il faut prévoir 100 bahts de pourboire pour le villageois qui vous accompagne. Il y a un circuit gratuit, assez petit, mais je vous conseille vraiment le circuit avec guide.

Autour des grottes, il y a plusieurs petits temples assez jolis mais dont on fait très rapidement le tour. Mais s’il y en a bien un qu’il ne faut pas louper, c’est le Wat Tham Pha Plong.

Wat Tham Pha Plong, un temple perdu dans la jungle où le temps se suspend

Nous ne nous attendions pas à une telle claque en nous rendant à ce temple. Tout d’abord, à notre arrivée, nous avons croisé une femme moine pour la première fois. Le crâne rasée, elle aussi, mais vêtue de blanc. Ensuite, une dame m’a demandé si je pouvais l’aider à porter un panier de pastèques avec elle. En voyant 3 autres, et comme nous étions 5, nous lui avons proposé de tous les monter pour elle. Il s’agissait d’une thaïe venue faire une retraite de méditation, qui montait chaque jour, 3 fois par jour, les 400 marches du temple, chargée de vivres pour tout le camp. Comme nous l’avons aidée à transporter la nourriture, elle n’a eu besoin de le faire qu’une fois ce jour-là, et elle nous a remerciées quasiment à chaque marche pour notre aide (j’exagère à peine). Une fois au sommet, la vue nous a laissées bouche bée. Entourées par la jungle, des montagnes impressionnantes en arrière plan, des marches s’enfonçant à perte de vue dans le vide, et enveloppées par le silence, nous nous sommes senties toutes petites. Nous nous sommes assises sur les marches, et ce qui devait être 1 minute de silence pour rire, puisque c’est un lieu de retraite, s’est transformé en quart d’heure contemplatif. Pour ma part, j’ai été complètement happée par l’atmosphère du lieu. C’était comme franchir soudainement la porte du royaume de Narnia. Je n’avais encore jamais pris le temps de me poser et de réfléchir à mon départ, à tout ce qu’il impliquait, et au fait que tout s’était concrétisé sans même que je m’en rende compte. Et je me suis sentie incroyablement chanceuse d’être sur ces marches, à l’autre bout du monde, dans un cadre que peu de gens verraient dans leur vie. L’une de nous a même versé une larme, pour vous dire combien ce temple est saisissant. (Et c’était même pas moi) (Parce que je l’avais déjà fait en traversant la jungle la veille, car c’était trop beau et que j’étais trop contente). Et vous, vous avez pleuré de joie récemment ? Si la réponse est non, sachez que de tout petits changements suffisent à éprouver cet incroyable bouleversement intérieur.

Le Nest, un repas exceptionnel

Le soir, nous avons repris la route pour nous rendre dans un restaurant qui nous avait été conseillé, Le Nest. Celui-ci est divisé en 2 établissements : un servant de la nourriture thaïe, l’autre des repas occidentaux. Nous avons traversé la jungle de nuit, sans lumière, si ce n’est nos phares de scooter, et je peux vous dire que c’est quelque chose, comme expérience. On n’était tellement pas rassurées que nos scooters étaient collés les uns derrière les autres ! Manque de chance, les cuisines du Nest 1 (thaï) étaient fermées. Il était déjà 21 heures, nous avions l’estomac dans les talons après notre journée chargée, et il était hors de question de repartir du village sans avoir mangé alors que nous venions de traverser la jungle dans le noir juste pour un repas. Nous sommes donc allées au Nest 2 et…. Les cuisines étaient fermées aussi. Mais après maintes suppliques et avoir expliqué notre périple, les cuisiniers ont eu la gentillesse de se remettre aux fourneaux. Ils ont été aux petits soins pour nous pendant tout le repas, et j’ai rarement aussi bien mangé. Autant vous dire que le magret de canard arrosé de sauce au miel et aux fruits de la passion, ainsi que la part de tarte aux pommes hyper épaisse, étaient le point final parfait pour une journée aussi formidable.

Le parc national Pha Daeng

Le dimanche, nous avons décollé de l’hôtel vers 11h30 et nous sommes parties en vadrouille à la recherche de rizières et de cascades. Nous n’avons pas été déçues en partant en direction du parc national Pha Daeng, même si le Si Lanna est aussi incontournable. Rien que la route valait le détour. Bordée de rizières, elle s’insinue dans la jungle et traverse des villages pittoresques. Pour 100 bahts, nous avons eu accès à des cascades perdues dans la jungle et à des sources d’eau chaude. Ces dernières étaient loin d’être spectaculaires, mais la route pour s’y rendre valait, elle aussi, largement le détour.


Si vous avez l’occasion de vous rendre en Thaïlande un jour, j’espère que cet article vous aura donné envie de faire un crochet par Chiang Dao. C’était sur ma To Do List, et je ne suis vraiment pas déçue du voyage ! Ça vous donne envie de partir, ou vous préférez les destinations plus animées ?

J’ai décidé d’organiser un petit concours. Si vous souhaitez recevoir une carte postale depuis la Thaïlande, ou en faire envoyer une à quelqu’un qui aime voyage avec son courrier, il vous suffit de vous manifester dans les commentaires de cette publication Facebook. Je tirerai au sort 3 personnes, et je leur enverrai une carte en même temps que celles que je dois envoyer depuis quelques temps déjà à certains de mes proches. Ne soyez pas timide, et n’hésitez pas à participer pour la faire envoyer à quelqu’un qui a besoin de voyager (un grand-parent qui s’ennuie en maison de retraite, un étudiant stressé, une famille qui a besoin de vacances). Je contacterai les 3 gagnants en message privé pour leur demander leur adresse.

Abonnez-vous et Partagez !

4 Comments

  1. Heurion Françoise

    septembre 14, 2017 at 10:19

    Un régal , comme d’ habitude . Ce que tu vis en ce moment est inoubliable . Je te donne entièrement raison de vouloir visiter le plus possible : ce serait dommage de passer à côté de ces paysages et de cette civilisation très riche . Continue à explorer la Thaïlande et à nous faire vivre tes aventures .

    Gros bisous . Françoise

    1. paulineperrier

      septembre 15, 2017 at 6:10

      Merci pour ce message. Le prochain récit de voyage sera consacré à Bangkok, mais il va falloir patienter un peu…

  2. Le colis de la famille : Un incontournable de la vie d'expat

    septembre 23, 2017 at 6:12

    […] en Thaïlande, il semblerait que ma famille ait entendu l’appel passé dans l’un de mes derniers article car j’ai reçu un colis de 5kg ! Autant vous dire que le colis de la famille, c’est un […]

  3. Que faire à Chiang Rai, la ville des temples ?

    octobre 18, 2017 at 6:09

    […] vous aurez l’occasion de voir déjà pas mal de rizières. Celles du côté de Pai ou de Chiang Dao sont d’ailleurs magnifiques. Grâce à notre super chauffeur, nous avons fait le tour en 4 […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :