Que faire à Singapour pour un court séjour ?

Me voici de retour avec de nouvelles aventures ! J’ai quitté la Thaïlande le 13 janvier 2018 pour enchaîner avec 5 jours en solitaire à Singapour, avant d’embarquer pour la France. Même si je n’ai pas vraiment profité de 5 journées pleines, ce bref séjour solo a été une expérience fantastique, et incroyablement formatrice.

Singapour, la destination idéale pour un voyage solo, surtout quand on voyage seulE

Singap’ est le parfait compromis entre ville asiatique et métropole occidentalisée. Je n’aurais pas rêvé de meilleur sas de décompression pour me préparer à rentrer en France. Après un départ à l’aube de Chiang Mai, j’ai pris une correspondance indépendante à Kuala Lumpur pour arriver à Singapour vers 16 heures. C’était un peu long mais je m’en suis tirée pour une cinquantaine d’euros l’aller : c’est une attente rentable ! Contrairement aux idées reçues, Singapour n’est pas une destination hors de prix. En réservant mon hôtel une semaine à l’avance, j’ai payé 120 euros les 4 nuits. La chambre était petite, certes, mais bien située et pour 30euros la nuit, c’était plutôt pas mal. J’ai pris une carte sim à l’aéroport; pour 30 dollars singapouriens (20 euros), ce qui m’a permis de pouvoir utiliser le GPS tout au long du séjour, de pouvoir donner signe de vie à mes proches de n’importe où et, surtout, de pouvoir commander des Grab et des Uber : autant vous dire que la carte sim est largement rentabilisée car vous ferez des économies en évitant le taxi. Enfin, comme toutes les villes d’Asie où j’ai eu la chance d’aller, Singapour est une destination incroyablement safe. Je me suis baladée seule de jour comme de nuit, et je n’ai jamais eu le moindre problème. J’ai trouvé les gens un peu moins accessibles qu’en Thaïlande, mais c’est sans doute propre aux grandes villes (Singapour est une Cité-Etat). En soi, il suffit d’y aller un peu au culot, et vous trouverez toujours quelqu’un pour vous répondre si vous êtes perdu / que vous avez besoin d’aide. Mes différents chauffeurs de Grab et de Uber ont également été adorables et pleins de bons conseils.

Singapour, la ville du futur

J’ai choisi Singapour un peu par hasard, parce que c’était la ville depuis laquelle mon retour en France était le moins cher (269 euros, en choisissant de nouveau des correspondances indépendantes). J’avais déjà vu des photos des célèbres Gardens By The Bay, et j’étais curieuse de les voir en vrai. Ces deux raisons m’ont paru un combo suffisant pour réserver mes billets. Ou peut-être était-ce parce que je me réveillais d’une grosse soirée et que j’étais assez à côté de mes pompes pour réserver un séjour en 30 min chrono, dans une destination à laquelle je n’avais jamais pensée ? Peut-être. Mais c’était une super décision !

Que faire à Singapour pour un court séjour ?

J’ai beaucoup aimé la ville, mais je pense que la durée de mon séjour était largement suffisante pour voir les principaux points d’intérêt de la ville : Gardens By The Bay, Little India, Universal Studio et les divers quartiers. Je ne regrette qu’une chose : ne pas m’être arrêtée aux jardins botaniques. Le zoo m’a été vivement recommandé, notamment parce qu’il y a des pandas, et il paraît que les animaux y sont assez bien traités, mais vous comprendrez plus bas pourquoi j’ai sauté ces deux visites.

Visiter les Gardens By The Bay : l’activité incontournable de Singapour

C’est sans doute la première image que vous verrez en tapant « Singapour » sur Google. Avec ses pilonnes végétalisés semblant tout droit sortis d’Avatar, et la célèbre terrasse-bateau qui surplombe les trois tours de l’hôtel Marina Bay Sands, c’est un lieu futuriste qui a de quoi éblouir. Malheureusement, il faut être client de l’hôtel pour avoir accès à la « piscine infinie » sur le toit, et jouir de la vue imprenable. Ainsi, arrivée le samedi, je suis allée me balader dans mon quartier puis je me suis couchée tôt, exténuée par le voyage et les émotions du départ de Chiang Mai, pour arriver à 11 heures du matin à Gadens By The Bay. J’ai décidé de m’y rendre en bus, pour 2,7 dollars environ. On trouve facilement les lignes de bus en zoomant sur le plan de google maps, puis il suffit de trouver la bonne ligne. Les singapouriens ont une carte qu’ils bipent en montant et en descendant du bus, car on paie au kilomètre ! J’ai donc dû indiquer mon arrêt au conducteur, et vu que la machine ne rend pas la monnaie (on se retrouve avec des montants très bizarres, comme 0,77 cts), j’ai payé un peu plus (ça laisse de la marge pour se tromper d’arrêt). J’ai demandé de l’aide au chauffeur qui m’a indiqué quand descendre pour prendre ma correspondance. A 11 heures, je suis arrivée au pied du Marina Bay Sands (c’est aussi le nom de l’arrêt de bus, donc impossible de se tromper). J’ai suivi un groupe de touristes qui avait l’air de savoir où il allait, et nous sommes montés dans un ascenseur qui nous a propulsés sur une passerelle avec une vue magnifique sur la ville.

J’ai ensuite emprunté une passerelle pour accéder aux jardins de la baie (Gardens by the bay). Et là, la magie a opéré. Le parc est immense, et l’entrée est libre. Vous pourrez donc admirer gratuitement les fameux arbres futuristes qui le peuplent. Cependant, il y a des dômes intérieurs dont l’entrée est payante. Je m’étais renseignée à la réception de mon hôtel pour savoir s’ils avaient des tarifs préférentiels, et j’ai donc profité d’une petite réduction en ne payant que 25 dollars singapouriens (15 euros environ). Mais, surtout, le fait d’avoir mes billets à l’avance m’a évité de faire la queue ! J’ai visité le Flowers Dome et le Clouds Forest Dome grâce à ce billet qui me permettait l’entrée de 2 dômes. La visite vaut le détour ! On y découvre des végétaux du monde entier, tout est arrangé de sorte que vous avez l’impression d’entrer dans un monde complètement à part, à la fois futuriste et onirique. A la sortie du Clouds Forest Dome, il y a une salle très futuriste avec des explications sur le réchauffement climatique, le développement durable, et un film bouleversant sur l’écologie. Bon, il faut parler anglais pour en profiter pleinement, donc ça ne ravira pas tout le monde, mais j’ai adoré cette visite. Je ne suis sortie du parc qu’à 15 heures et quelques, soit plus de 4 heures de visite.

Little India, le dépaysement total

A Singapour, les façades sont souvent multicolores, et c’est encore plus vrai dans le quartier de Little India. Comme j’adore la nourriture indienne, j’ai commandé un Grab en sortant des Gardens By The Bay pour me rendre à Little India. Cela ne m’a coûté que 5 dollars. Sur place, j’ai été assez surprise par la foule ! Les galeries sont étroites et bondées. Mais, surtout, j’étais très souvent la seule femme. Les restaurants qui ressemblaient un peu à des cantines grouillaient de monde, alors j’ai choisi un restaurant un peu plus chic. Manque de pot, c’était végétarien, mais j’ai pu découvrir la cuisine indienne sous une forme plus raffinée. Je dis manque de pot car j’avais très envie d’un poulet korma. La serveuse m’a conseillé un plat dont je ne me souviens plus le nom, car le menu ne comportait que des noms, sans photos ni beaucoup d’indications, et comme les cuisines allaient fermer, j’avais environ 5 minutes pour choisir parmi un menu de 8 pages. Après mon repas, archi sucré, je me suis baladée un peu dans le quartier, mais je dois avouer que je n’étais pas très à l’aise. Je ne suis pas à l’aise lorsqu’il y a trop de monde de manière générale, mais en outre j’étais souvent la seule femme. Quand j’en croisais d’autres, elles étaient en sari (il y avait beaucoup de monde devant le temple également, j’ignore s’il y avait une fête particulière ce jour-là). Je faisais clairement tache dans le décor, et je me sentais un peu observée. Mon chauffeur m’avait conseillé de faire un tour sur Orchard Road. C’est l’équivalent d’Oxford Street à Londres : la rue du shopping par excellence. J’étais curieuse de découvrir les centres commerciaux démesurés, alors je suis allée y faire un tour. Pour le coup, je n’ai pas été déçue : les centres commerciaux sont immenses. Il y a aussi beaucoup de magasins de marque.

Universal Studio Singapour : visiter un parc d’attraction toute seule, cap ou pas cap ?

J’avais inscrit la visite d’un parc d’attraction Universal Studio sur ma buckett list pour visiter les studios d’Harry Potter, comme au Japon, ou pour faire le petit train des studios comme en Californie. Mais bon, faute de grives on mange du merle, j’ai décidé d’aller voir celui de Singapour. Il n’est pas très grand, et comme c’était un lundi, il n’était pas bondé. J’ai pu visiter le Royaume de Fort Fort Lointain (Shrek), les contrées de Jurassic Park, Madagascar et une reconstitution de New York. Je pensais m’y rendre juste pour me balader, profiter des décors, mais je me suis sentie un peu bête une fois que j’avais parcouru la moitié du parc. Rester une heure et repartir sans même être montée dans un manège ? Hors de question ! J’ai toujours détesté les montagnes russes, et je trouve que l’intérêt d’un parc d’attraction, c’est de se fendre la poire avec ses copains. Alors en parcourir un toute seule… Je suis restée plantée devant la reconstitution du marais de Shrek quelques secondes, puis j’ai sauté dans la première file pour embarquer dans l’attraction du dessin animé Madagascar. J’ai observé la queue : il y avait plein de tout petits, ça ne devait pas trop secouer. Du coup, j’ai décidé de rester. C’est ainsi que je suis montée toute seule dans une attraction, pour la première fois de ma vie. Bon, moi qui craignait que ce soit une montagne russe, je me suis surprise à m’ennuyer parce que ça ne bougeait pas assez. Pas grave, je m’amuserai plus à la prochaine ! Je suis entrée dans le château de Shrek et j’ai assisté à une séance de cinéma 4D, avec les sièges qui bougent : le genre d’attraction que j’adore ! Et me voilà qui rigole toute seule comme si j’étais dans mon canapé. Il n’en fallait pas plus pour me détendre ! Au bout du compte, j’aurais fait quasiment toutes les attractions, sauf les 2-3 montagnes russes. Je craignais de m’ennuyer en étant seule, mais cela s’est même révélé un atout : le parc comporte des files spéciales pour les personnes seules, ainsi on peut couper la queue pour compléter un wagon ! C’est ainsi que je me suis retrouvée à faire les bouées dans l’eau de Jurassic Park avec une famille adorable, en n’attendant que 5 minutes au lieu des 70 affichées à l’entrée.

Prendre le temps de s’imprégner de la ville

Si vous vous demandez que faire à Singapour, la liste que j’ai dressée ci-dessus devrait vous donner de bonnes pistes. Mais je ne saurais que trop vous conseiller de vous balader sans but précis ! Malheureusement, Singapour compte énormément de quartiers résidentiels, donc on se retrouve vite à marcher au milieu d’immeubles sans réel intérêt. Mais c’est aussi ce qui m’a permis de repasser par Little India, et de chemin ainsi pendant 1 heure 30 jusqu’à mon hôtel. Chaque soir, j’allais manger dans une sorte de marché qui regroupait de petits stands et des tables, et je m’installais avec mon assiette de tandori et un livre. Je restais là pendant des heures, à profiter de la chaleur, à tourner les pages avec mes doigts tout gras à cause des nans, à simplement apprécier le fait d’être seule en terrasse. Il y a quelques mois, je n’aurais trouvé aucun intérêt à sortir de chez moi pour m’installer seule dans un lieu public. J’aimais être seule, mais chez moi, dans ma bulle. En voyageant seule, je me suis rendue compte que je pouvais m’amuser pour de vrai sans personne pour partager ces moments.

 

Le plaisir de voyager seule

C’est sûr, c’est toujours drôle de vivre ces moments avec ses amis, mais il y a une sorte de magie qui opère quand on est seul.e, surtout au bout du monde. Ça m’a permis de me retrouver, de me préparer doucement à mon retour en France. J’ai appris à valoriser le temps que je passe seule. Le mardi, j’ai travaillé le matin, et plutôt que de visiter un nouveau lieu touristique, comme le jardin botanique, je me suis installée au même café où j’avais pris une limonade la veille, pour manger et travailler quelques heures. Après quoi je me suis mise à écrire, ce que je n’avais pas fait depuis un moment. Je dois souligner que mon hôtel n’avait pas de bagagerie et que je suis partie avec un énorme sac à dos (qui contenait 3 semaines d’affaires, puisque j’avais remis ma grosse valise à mes parents après leur visite). Si j’avais pu laisser mes bagages quelque part, j’aurais peut-être profité un peu plus de ma dernière après-midi avant d’aller à l’aéroport. Mais je n’ai aucun regret, car j’ai pris le temps d’avoir le temps, seule.

Profitez de réductions en réservant sur booking avec ce lien de parrainage.

PS : Note à mes merveilleux lecteurs

Je sais que vous attendiez de lire de nouvelles aventures depuis quelques semaines, et je suis navrée d’avoir mis tant de temps pour vous les livrer. Pour me faire pardonner, restez connectés, un nouvel article arrive lundi ! Oui, vous avez bien lu : 2 articles en 6 jours ! Cet article signe la fin de mes aventures d’expat, mais pas la fin de mes aventures de Globe Trotteuse car je prépare déjà de nouveaux voyages. Et certainement pas la fin de ce site, où je compte bien reparler un peu plus d’écriture et de littérature : ça m’a énormément manqué.Merci à tous de m’avoir suivie avec autant d’assiduité. Vos petits mots m’ont motivée à tenir le site à jour, même si j’ai été moins présente sur la fin. Je vous explique tout dans le dernier article qui, je l’espère, vous fera sourire.

Alors à très bientôt pour de nouvelles aventures 😉

Abonnez-vous et Partagez !

4 Comments

  1. Kirsteen Duval

    février 14, 2018 at 7:37

    Je ne m’attendais pas à cela en imaginant Singapour. Merci pour ce merveilleux article et bon retour en France !! 😉

    1. paulineperrier

      février 14, 2018 at 9:06

      Tu avais quelle vision de la ville ? Avec plaisir et merci beaucoup 🙂

  2. Heurion Françoise

    février 14, 2018 at 9:53

    Comme d’ habitude , beau récit de tes pérégrinations asiatiques . Tout au long de ces mois , tu nous as vraiment gâtés par tes écrits primesautiers et intéressants . Tu as eu bien de la chance de visiter tous ces lieux qui paraissent magiques aux pauvres Européens que nous sommes , et tu nous donnes le goût de les voir par nous-mêmes .
    Gourmande de tes écrits , je les ai tous gardés ! Merci pour tout . Françoise

    1. paulineperrier

      février 14, 2018 at 12:25

      Merci d’avoir suivi mes aventures avec autant d’assiduité ! Mais il y aura bien d’autres articles de voyage, dont la Russie prochainement 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :