Les 10 indispensables du kit de survie de l’expat en Thaïlande

Je suis partie en Thaïlande aussi sereinement que si j’étais allée à la poste. Pourtant, après plus de 2 mois passés à Chiang Mai, je me rends compte qu’il est important de partir avec un bon kit de survie quand on s’expatrie à l’autre bout du monde. Je vous livre donc mes indispensables du kit de survie de l’expat en Thaïlande:

1.L’anti moustique, votre nouveau meilleur ami

Si vous ne voulez pas finir, comme moi, avec des cicatrices plein les jambes à force de vous gratter obsessionnellement à longueur de journée, prévoyez un bon anti moustique. D’autant plus que ça coûte assez cher une fois sur place (comparé au coût de la vie). Les moustiques thaïs sont doublement vicieux, ils attaquent sournoisement dès que vous mettez le nez dehors (surtout au restau) et, en plus, ils peuvent vous filer la dengue.

moustiaues en Thaïlande
Une soirée dehors peut vite ressembler à ça…

2. La crème solaire, cette invention divine

Qu’on se le dise, même en pleine saison des pluies, y a la cagnard qui cogne, comme on dit chez nous. (Dans le Sud. Entre deux verres de pastis.) Bref, si vous avez l’intention de vous dorer la pilule sur la plage, et même si vous vous baladez souvent en extérieur en pleine ville, prévoyez une bonne crème solaire. Là encore, elle coûte assez cher sur place. Et si vous cramez quand même (comme moi, après une journée à Pattaya, malgré les 18 couches de plâtre que je me suis appliqué), prévoyez de la Biafine. Ici, la plupart des crèmes apaisantes sont à base d’aloe vera et/ou d’escargot (ils mettent des escargots dans tous leurs cosmétiques). Le tout pour un prix assez élevé et une efficacité plutôt douteuse.

expat en Thaïlande

3. La cape de pluie, l’accessoire mode indispensable

Merci mille fois à mon oncle et à ma tante de m’avoir offert une cape de pluie Décathlon avant le départ. En pleine saison des pluies, c’est tout simplement indispensable, surtout si vous empruntez régulièrement un scooter. En plus de vous garder les fesses au sec quand vous vous asseyez sur la selle qui a passé 2 heures sous la pluie, et d’épargner vos vêtements du déluge pendant votre  trajet, vous n’aurez pas à subir les gouttes de pluie qui vous fouettent la peau sans merci. Si jamais vous n’avez pas prévu de cape de pluie, sachez que vous pouvez en trouver partout pour une bouchée de pain. Certes, avec les capes transparentes du Seven-Eleven vous aurez l’air d’un préservatif sur pattes, mais je vous jure que ça en vaut carrément la peine.

cape de pluie
Moi, tous les jours.

4. Le fromage, ce délice qui hantera vos rêves

On en trouve au Rimping et même qu’on n’est pas obligé de vendre un rein pour en acheter. Juste un orteil, mais ça se joue. Sauf qu’à part le kiri, on ne trouve pas grand chose si ce n’est des espèces des pâtes mi-dures style cheddar. Soyons francs, ce n’est pas aussi enthousiasmant qu’un bon camembert qui pue des pieds mais qui fait danser les papilles. Aussi, si vous n’avez pas envie de passer chez Marco toutes les semaines (si vous êtes expat en Thaïlande, et plus précisément à Chiang Mai, notez bien cette adresse pour trouver de délicieux plateaux de fromage), j’espère que vos proches vous aiment suffisamment pour vous faire des colis de fromage, gâteaux, saucisson et autres plaisirs. Pour ma part, en plus du fromage, je tuerai pour un vrai paquet de muesli, avec des morceaux de chocolat en prime ! Chers parents, si vous passez pas là, oui ceci est un cri du cœur tout à fait subtil.

expat en Thaïlande
Mon programme, une fois de retour en France

5. Le goût du risque, indispensable à votre survie

L’avantage, c’est que ça ne prend pas de place dans la valise. Tout est une question de mental. Car si vous envisagez d’endosser le titre d’expat en Thaïlande, il vous faudra quand même une bonne paire de cojones. Pas de panique, les miennes m’ont poussé sur place, mais elles sont indispensables. Entre les araignées et les cafards mutants qui se baladent dans les chambres et les couloirs, les virées en scooter avec de l’eau jusqu’au mollet, des bouches d’égout qui se soulèvent et des trous dans la route masqués par l’eau, les repas un peu douteux, les grenouilles qui vous sautent dessus pendant que vous conduisez (true story), les petits chemins glissants dans la jungle et la montagne, la circulation complètement chaotique et les arrestations sauvages où il faut s’armer de fins talents de négociateur, vous ne manquerez pas de sensations fortes !

expat en Thaïlande
« On sait où tu vis » / Bien sûr qu’ils savent ces fils de satan !

6. Smecta et immodium, pour la sérénité de votre estomac

Quand j’ai demandé à mes copains ce qu’ils jugeaient indispensable pour un kit de survie en Thaïlande, tous mon répondu « l’imodium ! ». C’est le jeu entre stagiaires, le petit bizutage d’arrivée. Plus ou moins tout le monde y passe au moins une fois, certains plus souvent que d’autres. Pour l’instant, je m’en sors honorablement, mais j’ai quelques dossiers à sortir aux prochains anniversaires… Entre l’eau qui n’est absolument pas potable, les plats à base de viandes indescriptibles, les épices qui peuvent vous retourner en une bouchée et les chaînes du froid qui peuvent vite être brisées vu la chaleur, autant vous dire que votre estomac en verra de toutes les couleurs. Pour l’anecdote, j’ai déjà vu du saumon cru servi dans un bol de glaçons tellement il faisait chaud, pour s’assurer qu’il reste frais le temps du repas. En somme, j’espère seulement pour vous que, si votre audace culinaire vous titille les boyaux, vous n’aurez pas à affronter les toilettes turques avec la casserole pour chasse d’eau… (Si vous ne voyez pas de quoi je parle, c’est dans cet article).

expat en Thaïlande
Quand t’as plus le temps

 

7. Des bouteilles d’eau, pour éviter le point précédent

Je vous en ai parlé dès le premier jour, l’eau est un sujet sensible en Thaïlande. Vous pouvez consommer des glaçons sans crainte, une usine a le monopole de la production de glaçons pour éviter tout problème sanitaire. L’eau servie aux fontaines dans les petites cantines est également sans danger. En revanche, si comme moi vous avez oublié de racheter de l’eau, qu’il est 23 heures, que vous n’avez pas la foi de prendre le scooter jusqu’au 7-Eleven pour en racheter et que vous n’avez pas de copine dévouée dans la chambre du dessous pour vous donner une bouteille, n’ouvrez surtout pas le robinet. Croyez-moi, mieux vaut remettre vos chaussures et aller à la supérette la plus proche. Aussi, ayez toujours une bouteille d’eau sur vous lorsque vous vous déplacez : il fait très chaud, même pendant la saison des pluies, et il est donc important de bien s’hydrater.

expatrié en Thaïlande
Quand tu es en pénurie de bouteilles d’eau.

8. Des tongs, pour être sexy des pieds à la tête

Comme il faut enlever ses chaussures dans pas mal de bâtiments (chez le médecin, quand on entre dans un bureau, etc.) et dans les temples, les tongs sont très pratiques.Par exemple, je travaille pieds nus, et autant vous dire que j’ai la flemme de faire et défaire des lanières toute la journée: Je vous laisse imaginer combien le combo cape de pluie et tongs, c’est le comble de l’élégance. Comme dirait Florence Foresti, c’est moche mais c’est pratique !

9. Des pansements, pour contrer les imprévus

Bah oui, c’est quand même un kit de survie. Même si vous prévoyez de passer vos journées à paresser sur une plage paradisiaque, les pansements vous seront utiles. Vous n’êtes pas à l’abri d’une jolie coupure bien profonde sur les pieds en allant explorer les eaux turquoises. (Comment ça, ça sent le vécu ?). Les rochers sont très coupants et on ne fait souvent pas attention quand on entre dans ces eaux idylliques.

expatrié en Thaïlande
Quand il vaut mieux avoir une bonne assurance

10. Une lampe torche,

Si vous êtes un touriste, la lampe torche ne vous sera pas (ou peu) utile. En revanche, si vous vous apprêtez à devenir un expat en Thaïlande, la lampe torche vous sera indispensable ! En pleine saison des pluies, les coupures d’électricité sont fréquentes et vous pouvez vite vous retrouver à faire pipi dans le noir (comment ça, ça sent encore le vécu ?).

expatrié en Thaïlande
Quand les coupures de courant ne t’étonnent même plus

J’espère que cet article vous aura plu. Comme d’habitude, n’oubliez pas de liker, commenter et partager ! Cela me fait toujours plaisir et c’est une jolie reconnaissance de mon travail.

Pour ceux qui auraient loupé l’info, j’en profite pour vous informer que mon roman a passé les sélections pour concourir dans la catégorie Premier Roman de ce prix littéraire. Si vous ne l’avez pas déjà fait, c’est donc le moment de commander votre exemplaire en format papier ou en format numérique.

Et vous, qu’est-ce que vous auriez ajouté à la liste ?

Abonnez-vous et Partagez !

7 Comments

  1. Heurion Françoise

    septembre 6, 2017 at 6:13

    Très plaisant , comme d’ habitude ! C’ est un réel bonheur de te lire , Pauline . J’ attends , haletante , chaque début de semaine .
    Pour éloigner les moustiques ( tu sais qu’ ici on connaît , tigres compris ) , le vinaigre blanc est un bon moyen , peu cher .
    Bisous . Françoise

    1. paulineperrier

      septembre 7, 2017 at 4:06

      Merci Françoise ! Je ne connaissais pas l’astuce du vinaigre, c’est bon à savoir (à voir si on en trouve dans les 7-eleven…)

      1. Heurion Françoise

        septembre 7, 2017 at 4:11

        J’ ai tout essayé contre les moustiques , sans bcp de résultat ; mais ils détestent l’ odeur du vinaigre ! Dis-moi , les 7-eleven , ce sont les huit-à-huit thaï ?

        1. paulineperrier

          septembre 7, 2017 at 4:14

          Je ne connais pas trop le concept des huit-à-huit mais, grosso modo, ce sont des supérettes que l’on trouve absolument partout et qui sont ouvertes H24, 7/7. On peut trouver de tout pour dépanner, mais ce n’est pas très complet, surtout pour tout ce qui est produits alimentaires/de cuisine du quotidien vu que les thaïs mangent dehors (il n’y a pas de cellophane, ni autre film plastique, par exemple).

          1. Heurion Françoise

            septembre 7, 2017 at 4:20

            C’ est vrai , tu es si jeune ! Il existait il y a qqs années de petites supérettes qui portaient ce nom évocateur ,sans doute parce qu’ elles étaient ouvertes entre ce heures ? Ta maman a peut-être connu . Il devait y en avoir une à Uchaud .
            Bisous ! Françoise

  2. Kirsteen Duval

    septembre 7, 2017 at 6:47

    Toujours aussi instructif !

    1. paulineperrier

      septembre 7, 2017 at 4:07

      Merci pour votre fidélité Kirsteen 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :